La vie d’Hergé

Nous avions l’intention de prendre le train samedi jusqu’à Louvain-la-Neuve pour aller au Musée Hergé mais la météo en a décidé autrement. Comme beaucoup de neige était annoncée, nous avons décidé d’annuler notre expédition mais j’ai quand même fait une petite recherche sur la vie de cet homme si important pour la culture belge et la bande dessinée européenne.

Hergé est né en 1907 à Etterbeek (Bruxelles) portant le nom de Georges Prosper Remi. Sa famille appartenait à la classe moyenne et son père était wallon quoique sa mère était flamande. Le français était sa langue maternelle mais il a aussi appris le néerlandais – un vrai exemple du bilinguisme!

C’était un enfant difficile et il a dit un jour que « l’un des remèdes les plus efficaces était de lui fournir un crayon et du papier. »

Le père de Georges était illégitime et par conséquent, Georges n’a pas connu son grand-père et il imaginait qu’il était le roi lui-même. Nous voyons ici que Georges a commencé à rêver à un âge précoce.

Hergé a décrit son père et son oncle comme une sorte de jumeaux avec toujours les mêmes vêtements, par exemple. Si l’un allait acheter un melon, l’autre le faisait aussi. Les deux hommes avaient des cannes et des moustaches… et maintenant ceux qui ont lu les aventures de Tintin peuvent peut-être détecter leur ressemblance avec Dupont et Dupond !

En fait, les personnes et les expériences d’Hergé dans sa vie ont eu une très grande influence sur son œuvre. Son premier amour avait le surnom « Milou », par exemple. Son père n’approuvait pas le travail artistique de Georges parce qu’il pensait que le jeune artiste ne deviendrait jamais quelqu’un. J’imagine que ce père a regretté sa décision!

Comme enfant, Georges aimait le cinéma et aussi les livres avec des aventures comme Huckleberry Finn et Treasure Island. Il dessinait comme passe-temps; il aimait croquer les scènes de la vie quotidienne.

Mais pour une raison inconnue, Georges a toujours décrit son enfance comme une période grise et ennuyeuse. L’auteur Benoît Peeters a supposé que ces souvenirs négatifs étaient associés à des abus sexuels par son oncle.

À l’âge de 12 ans, Georges s’est inscrit chez les Boy-Scouts de Belgique. Il est allé à plusieurs camps d’été en Autriche, en Suisse, en Italie et dans les Pyrénées. Ses expériences avec les Scouts ont eu une grande influence sur sa vie, particulièrement sur le temps qu’il a passé dans la nature et sur son appréciation des valeurs de vie comme la loyauté.

Hergé le Boy-Scout

Hergé le Boy-Scout
ft.com

Ses dessins ont été publiés dans quelques publications des Boy-Scouts et finalement il a décidé d’utiliser le pseudonyme Hergé qui est une combinaison de ses initiales inversées.

En 1926 Hergé a commencé la production d’une vraie bande dessinée pour la publication « Le Boy-Scout Belge. » Elle s’appelait « Les Aventures de Totor, C.P. des Hannetons. » Le protagoniste Totor était le chef d’un groupe de Boy Scouts.

Hergé a trouvé un mentor avec le dessinateur Pierre Ickx et il a voulu travailler avec Ickx pour le journal « Le Vingtième Siècle », qui était très conservateur et catholique, mais il n’y avait pas de poste pour un dessinateur. Donc Hergé s’est enrôlé dans l’armée, où il a continué à dessiner Totor.

En 1927, Hergé a rencontré l’abbé Norbert Wallez, le rédacteur du Vingtième Siècle. Wallez était un fasciste et il avait des idées politiques très fortes. Wallez a offert un poste à Hergé comme rapporteur photographique et dessinateur. Wallez aura une influence très, très importante dans la vie d’Hergé et il deviendra comme un père pour lui.

Hergé et l'abbé Wallez

Hergé et l’abbé Wallez
free-tintin.net

En 1928, Wallez a créé un supplément hebdomadaire pour les enfants qui s’appelait « Le Petit Vingtième ». Hergé a fourni des dessins pour une bande dessinée avec un scénario écrit par un autre journaliste mais il voulait créer sa propre bande dessinée. Depuis peu de temps, il avait inventé un jeune reporter avec un petit chien : Tintin et Milou. L’apparence physique de Tintin était inspirée en partie par le frère d’Hergé, Paul Rémi.

Paul Rémi, le frère d'Hergé et une partie de l'inspiration pour Tintin

Paul Rémi, le frère d’Hergé et une partie de l’inspiration pour Tintin
divertissements.fr.msn.com

Pour sa première aventure, Hergé a voulu envoyer Tintin aux États Unis mais Wallez lui a ordonné d’envoyer Tintin en Union soviétique. Pour un fasciste comme Wallez, c’était une occasion pour dénoncer le communisme, utilisant la bande dessinée comme une forme de propagande.

Le début des Aventures de Tintin a été très populaire et Wallez a organisé un spectacle de publicité pour le retour en train de Tintin à Bruxelles: il a engagé un acteur qui ressemblait au personnage de Tintin et qui était accompagné d’un petit chien blanc. « Tintin et Milou » sont arrivés à la gare devant une immense foule enthousiaste.

Pendant ses premières années au journal Le Vingtième Siècle, Hergé a fait la connaissance de la secrétaire de Wallez qui s’appelait Germaine. Hergé est tombé amoureux d’elle avec les encouragements de l’abbé. Quoique Germaine était hésitante au début, Hergé et Germaine se sont mariés en 1932.

Hergé et Germaine

Hergé et Germaine
lechouandesvilles.over-blog.com

Hergé travaillait aussi sur une nouvelle bande dessinée, Quick et Flupke, pendant qu’il écrivait les aventures de Tintin au Congo, Tintin en Amérique et Les cigares du Pharaon. L’album « Tintin au Congo » a été fort critiqué à cause de la représentation raciste des Congolais mais l’œuvre de Hergé reflétait la perception du Congo à cette époque. Pour Hergé, le Congo était une terre pleine d’aventures et envoyer Tintin dans ce pays lointain, c’était sa manière de partir et de rêver. Mais en fait, cette seconde aventure de Tintin a aussi servi comme propagande pour la colonisation.

En 1934, Hergé a fait la connaissance de Chang Chong-jen, un étudiant chinois en sculpture qui étudiait à Bruxelles. Chan est devenu un ami très proche d’Hergé et il lui a enseigné beaucoup de choses sur la culture chinoise et l’importance des détails authentiques dans son travail.

Hergé et Chang Chong-jen

Hergé et Chang Chong-jen
actuabd.com

A partir de cette rencontre, Hergé a cherché à être plus précis dans son travail. Il a créé un personnage qui s’appelle Chang comme son ami dans le livre « Le Lotus bleu », une œuvre considérée comme un tournant pour Hergé et Tintin par le détail des dessins et l’histoire.

Hergé et un tableau du Lotus bleu

Hergé et un tableau du Lotus bleu
waxwanedotcom.files.wordpress.com

La seconde guerre mondiale a interrompu les aventures de Tintin quand Hergé a été mobilisé. En 1940, la Belgique était occupée par les Allemands et le journal Le Soir —celui que nous avons visité— était aux mains des Allemands. Les Allemands ont offert un travail à Hergé et il a accepté. Cette décision a terni sa réputation encore aujourd’hui.

Hergé a dû changer son style parce que la pénurie de papier signifiait que chaque semaine il avait moins d’espace pour ses dessins. Il a aussi dû changer ses thèmes parce que s’il illustrait trop l’actualité, il pouvait déranger les Allemands.

En 1943, Hergé a commencé à travailler avec Edward P. Jacobs, un jeune dessinateur. Jacobs avait un talent pour les détails et on le voit dans les bandes dessinées d’Hergé de cette époque. Finalement Jacobs a demandé que son nom apparaisse dans les albums de Tintin mais Hergé n’aimait pas cette idée. En réaction, Jacobs a commencé à dessiner sa propre bande dessinée, Blake et Mortimer, qui est vite devenue un grand succès.

Les années de guerre sont une époque très controversée dans la vie d’Hergé, pas seulement pour sa décision de travailler pour les Allemands mais aussi pour ses œuvres. Dans « L’étoile mystérieuse », par exemple, il a dessiné les Juifs d’une manière antisémitique. Ces dessins ont contribué à la perception qu’il collaborait avec les Allemands.

Une personnage dans L'étoile mysterieuse

Une personnage dans L’étoile mystérieuse
naufrageur.com

Finalement, la guerre a pris fin. Hergé a eu des difficultés à cause de son travail pour un journal contrôlé par les Allemands mais sa popularité l’a sauvé de la prison.

Néanmoins, toutes ces années de dur labeur lui ont joué un mauvais tour. Les années qui ont suivi la guerre ont été marquées par des dépressions nerveuses et de longues vacances. Hergé avait trop travaillé et il en faisait les frais.

Sa femme Germaine l’a soutenu pendant plusieurs années, et pour cette raison, je trouve que la suite de l’histoire est très triste. En effet, Hergé a eu une liaison avec une autre femme, Fanny, beaucoup plus jeune que lui et Germaine.

Sa trahison l’a vexé encore plus et il avait des cauchemars tout blancs. On peut le voir dans l’album « Tintin au Tibet », qui est plein de montagnes toutes blanches de neige. C’était peut-être sa tentative d’éradiquer son sentiment de culpabilité.

Tintin au Tibet

Tintin au Tibet
amazon.com

En 1960, il s’est séparé de Germaine et en 1977, il a divorcé. Hergé a épousé Fanny, une décision très controversée et impopulaire. À l’âge de 75 ans, il est mort d’une longue maladie, laissant derrière lui une œuvre inachevée {Tintin et l’Alph-art} et l’héritage d’un jeune reporter aventureux et créatif.

Hergé et Tintin

Hergé et Tintin
belgiumtheplaceto.be

—Jessica Fujimori

One thought on “La vie d’Hergé

  1. Pingback: Belgium | Jessica Fujimori

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s